• Augustin Kayembe dit Chez Temba
    Augustin Kayembe dit Chez Temba (Photo : B-One Télévision)
  • Nom

    Augustin Kayembe Wa Musumba

  • ALIAS

    Chez Ntemba

  • LIEU DE NAISSANCE

    Lusaka

  • METIER / PROFESSION / TITRE

    Entrepreneur - Homme d'affaires

  • NATIONALITE

    Congolaise

Augustin Kayembe Wa Musumba alias Chez Ntemba

à nos jours
jeu. 12/5/2022       jeu. 12/5/2022       4 minutes et 20 secondes       322 Vues

Augustin Kayembe Wa Musumba, plus connu sous le nom Kayembe Chez Temba, est un homme d’affaires congolais, propriétaire d’une quarantaine de night-clubs (boîtes de nuit) présentes dans 11 pays d’Afrique centrale et australe (Kinshasa, Lubumbashi, Jo’burg, Le Cap, Lusaka, Luanda.), sous l’enseigne "Chez Ntemba". 

Originaire du Haut Katanga, né aux débuts des années 60 en Zambie, Kayembe, aujourd'hui à la tête d'une multinationale qui emploie environ 2 000 personnes (une cinquantaine par club, n'a pourtant pas été à l'école. Il a su s’imposer au cours d’une carrière de trois décennies parmi les plus grands promoteurs de musique du continent et le champion incontesté de la vie nocturne africaine. En 2014, il y avait 41 clubs de nuit dans toute l’Afrique.

 

Les débuts : de Lubumbashi à Lusaka

Adolescent, Augustin Kayembe rêve de travailler à la Gécamines. Son père, travaillant pour les familles belges, n’avait pas assez des moyens pour l’envoyer à l’école. Mais à 14 ans d’âge, il commence par vendre des boissons fraîches à la sauvette, avec sa glacière dans les rues de la capitale katangaise pour gagner sa vie. 

L’activité se développe mieux que prévu et lui permet d’ouvrir un petit débit de boisson informel – pour vendre des bières Simba, que les habitués surnomment Kantemba Yetu (« Notre coin », en swahili). Son succès va susciter de la jalousie auprès des gens qui vont s’arranger pour le chasser de cet emplacement. En 1980, il ouvre un autre bar au centre-ville de Lubumbashi. 

En 1987, il ouvre sa première boîte de nuit à Lubumbashi, mais les exactions perpétrées par les soldats de Mobutu en 1991 le poussent sur les chemins de l’exil. Un mal pour un bien car,

 

A la conquête de l’Afrique

La Zambie

En Zambie, où il était né, ses affaires vont très vite prospérer. Il s’installe à Lusaka en 1992 et y ouvre une boite de nuit. L’année suivante il ouvre une autre. En tout, il ouvrira successivement 17 établissements. Toutes les villes importantes y auront droit. "Chez Ntemba" était ainsi né, et avec lui la légende de ce self-made man congolais et de son clan familial, à l'ascension irrésistible.

L’Afrique du Sud

Mais, déjà, Augustin Kayembe voit plus grand. C’est en Afrique du Sud qu’il poursuivra son expansion. Lorsque l’apartheid prend fin, il pressent les opportunités d’affaires. En 1995, prospecte à Johannesburg et va installer sa famille. En 1996, il ouvre un club dans le centre-ville de Johannesburg, dans le quartier réputé mal famé de Hillbrow, puis dans celui, beaucoup plus chic, de Melrose.

Des générations de Sud-Africains afflueront dans ses clubs pour découvrir la musique congolaise dont ils ont été sevrés. 

D’autres pays de l’Afrique australe

Il y a des clubs « Chez Temba » au Malawi, Swaziland Angola et Congo Brazzaville. Kayembe fait régulièrement le tour de ses nombreuses boites de nuit, mais doit compter sur ses gérants pour faire tourner son empire. 

Mais à cause des problèmes liés à la culture spécifique dans chaque pays et des complications, il a dû fermer d’autres clubs (cas de Gaborone, …).

Aujourd’hui, c’est au Malawi que se trouve le plus grand de ses clubs, avec une capacité d’accueil de près de 3.000 personnes.

 

Retour au pays natal

Ce n’est que sur le tard que Kayembe reviendra "ambiancer" les nuits congolaises. Vers les années 2000, il ouvre son club de Kinshasa, au cœur du quartier chic de la Gombe (Rond-Point Socimat), qu’il place sous la gestion du mythique DJ Franck. Le succès est rapide. 

Après ça sera les "Chez Ntemba" de Lubumbashi, Goma, Kolwezi, Bukavu et Kisangani (2015). 

Mais la RD Congo vaut aussi à Augustin Kayembe de nombreux problèmes. Le premier d’entre eux, ce sont « les combattants », ces opposants exilés, radicaux, présents, notamment, en Afrique du Sud, qui l’accusent d’être proche du président Joseph Kabila et d’organiser des concerts avec des stars congolaises « vendues », selon leur expression, comme Koffi Olomidé, Werrasson, Fally Ipupa, Ferre Gola . « Tout cela est faux, se défend Kayembe ».

 

La tentative européenne 

Kayembe a essayé l'Europe, mais a trouvé ça délicat : "Là, ils veulent des impôts et des droits de licence avant que vous ayez eu la chance de gagner de l'argent ! Et en France, les Congolais aiment trop se battre. Ils viennent combattre à votre place, et après trois combats, la police peut vous fermer." déclare-t-il.

 

L’hôtellerie 

Depuis 2013, il a décidé d'investir aussi dans l’hôtellerie. Il a ouvert, son premier hôtel 3 étoiles "Chez Hotel Inn" dans son fief de Melrose Arch (à Johannesburg, en Afrique du Sud).

Il envisage également de lancer sur ce créneau à Lubumbashi et à Kinshasa.

Véracité des Faits

Nous accordons une très grande importance à la véracité et à l'exactitude des faits. C'est pourquoi nous et nos contributeurs investissons des moyens humains et du temps dans la selection et la validation des contenus. Mais au cas où dans un article, vous rencontrez un problème, une erreur, des améliorations à faire, vos observations, corrections, et critiques sont les bienvenues. Merci de nous contacter.

Sources et références
Cet article est partiellement issu de l’article des articles ci-après :
Alpha Memidra Egbango © : Personnages.cd - Mai 2022

Autres Personnages de catégorie similaire