"La mort de LD Kabila: Ne nie pas c'était bien toi". Extraits du livre de 633 pages de Georges Mirindi, (ancien garde du corps de LD Kabila

dim. 30/1/2022       dim. 30/1/2022       3 minutes et 20 secondes       556 Vues

"La mort de LD Kabila: Ne nie pas c'était bien toi". Je viens de finir la lecture des 633 pages de ce livre de Georges Mirindi (ancien garde du corps de LD Kabila, emprisonné après le 16 jan 2011, avant qu'il ne prenne la fuite) dans lequel il livre sa version des faits. Extraits

Dans cet ouvrage,ayant loupé l'opportunité des enquêteurs, j'ai voulu tout simplement démontrer et prouver les mises en scène l'une après l'autre, d'abord en confrontant les versions initiales du GLM aux versions officielles médiatisées après le faux procès de Makala et plus tard la propagande médiatique par Mwenze Kongolo et son film, présentant Rachid comme l'assassin de Mzee Kabila; au motif que Rachid vengeait l'assassinat de Masasu Nindaga.

[...] Ce 16 janvier, je me pressais donc à mon domicile prendre ma valise et le passeport pour m'apprêter au voyage du jour au Cameroun où le Président Laurent Désiré Kabila devait participer au sommet de la France-Afrique aux côtés de ses pairs francophones. C'est de chez moi que j'entendis le retentissement des balles par ma radio Motorola. Immédiatement, le capitaine Kakwata Mbuj ordonna la fermeture de toutes les barrières d'accès et de sortie du Palais de Marbre. Avec ma valise en mains, je me hâtais de retourner au Palais

[...] C'était un grand désordre sur le canal talkie-walkie, [...] Mais j'écoutais "Juliette Papa" (le code d'Annie Kalumbu), dire en pleurant "banamupiga Foka One masashi", pour dire "on vient de tirer sur le Président" ("Foka One" était le code du Président LD Kabila). On me refusa l'entrée au Palais de Marbre [...] Je patientais durant plus d'une heure peut-être, le sous-lieutenant, revenu et ayant parlé à son commandant Kakwata, me demanda de garer ma voiture sur la route Matadi et entrer avec lui à pied.

Mon calvaire allait commencer, car brusquement l'allure et la situation avaient changé. [...] La destination s'était révélée être le GLM, le fameux ancien site jadis appelé "Groupe Litho Moboti", du nom d'un proche parent au Président Mobutu. Litho y avait construit un immeuble de sept étages, avec caves. Cet immeuble, connu sous le nom de GLM dans la commune de la Gombe, était transformé par le régime LD Kabila en lieu de détention, de tortures et d'exécutions sommaires.

C'est ici où, après m'avoir déchaussé, que je retrouverai d'autres accusés comme François Olenga, John Bahati, Zébédée Basubi, Fraterne Cibunga, Nico Bavurha, Willy Bilolo, François Barhokomerwa, Charles Bahati, et d'autres officiers [...] originaires du Kivu.

[...] Le Président Laurent Désiré Kabila n'a sûrement pas été assassiné par Rachid, et sûrement pas à l'heure qu'on nous décrit et incroyablement pas de la façon que les Emile Mota, Eddy Kapend, Mwenze Kongolo... nous le décrivent. [...] Les rumeurs lancées dans l'opinion disaient que l'assassin de Mzee Kabila était Rachid, d'autres disaient que c'était Kasereka, d'autres disaient encore que c'était Georges Mirindi, et d'autres disaient Chiribagula à la fois et au même moment...,

[...] on continue à mentir que l'assassin de Mzee Kabila s'appelle Rachid Kasereka. Et pourtant l'on sait que Rachid Mweze Muzele est une personne différente à ne pas confondre avec Kasereka Mutahi Jacques, tous deux des lieutenants et mes collègues à la sécurité de Mzee

Peut-être qu'il est mieux et plus facile aux menteurs de continuer à répéter et à dire la même chose avec force dans l'espoir de maintenir l'opinion distraite, mais ça ne change rien à mon avis car le mensonge a de petites jambes face à l'évidence.

 

Note : Quelques 500 exemplaires auraient été tirés par l'éditeur, avant que ce dernier ne décide, unilatéralement et pour des raisons qu'on ne connait, d'arrêter la reproduction du livre (Mirindi et son éditeur seraient en procès). J'ai eu la chance d'avoir mon exemplaire des 500.

Véracité des Faits

Nous accordons une très grande importance à la véracité et à l'exactitude des faits. C'est pourquoi nous et nos contributeurs investissons des moyens humains et du temps dans la selection et la validation des contenus. Mais au cas où dans un article, vous rencontrez un problème, une erreur, des améliorations à faire, vos observations, corrections, et critiques sont les bienvenues. Merci de nous contacter.

Benjamin Babunga Watuna © : Benjamin Babunga Watuna - Janvier 2022

Plus des souvenirs