CE JOUR-LA... 18 mai 1971 : Décès, à Montreux (Suisse), de Marie Madeleine Yemo Koso Ndagbia, la mère de Mobutu.

sam. 21/5/2022       sam. 21/5/2022       2 minutes et 45 secondes       104 Vues

C'est de l'union entre elle et Albéric Gbemani (cuisinier pour un magistrat colonial de Lisala) qu'est né, en octobre 1930, Joseph Désiré Mobutu, Président du Zaïre pendant 32 ans.

Albert Gbemani est le deuxième époux de Marie Madeleine Yemo (du village Kawele). Gbemani et Yemo appartenaient tous deux au clan Lite-Nyama, séparé d’un autre groupe du même clan dit Lite-Bala installé dans la région de Yakoma, plus au nord-est de l'ex-Equateur.

Yemo appartenait à la lignée "togbana". Elle était la fille de Giala (son père) et de Gombo (sa mère) C’était une famille sans ressources, encore aggravée par une instabilité conjugale. C’était la situation économique et même sociale de l’ensemble des familles Ngbandi et même de la région.

En 1937, le couple Delcourt pour lequel son époux, Alberic Gbemani, travaille retourne en Belgique. Albéric est engagé par les sœurs de l’hôpital général des Congolais. Le 11 août 1938, il meurt, laissant trois orphelins – 2 frères – et une veuve sur le point d’accoucher. Le cadet de la fratrie, Albéric Gbemani, naît quelques jours après l’enterrement de son père. Madeleine Yemo, sans ressources, prend le bateau qui remonte le fleuve et se réfugie à Kawele, son village natal, à quelques kilomètres de Gbadolite dont était originaire son mari.

Son fils, Mobutu, est pris en charge par son grand-père et son grand-oncle qui lui apprennent à chasser, pêcher et cultiver la terre. La petite famille vit des années d’errance dans la région. Mobutu retrouve le chemin de l’école, grâce au football ; il est gardien de but. Les pères capucins l’envoient à Molegbe, où son beau-père avait travaillé. Il n’y reste pas. Il se rend à Bwamanda, où il est hébergé chez une tante maternelle. Grosse déception : les missionnaires enseignent en dialecte local. Lui qui maîtrise le français grâce à Mme Delcourt, lui qui avait sauté deux classes à Léopoldville dès l’école primaire, lui qui se sait intelligent, énergique, déterminé et curieux de tout, ne veut pas régresser. Alors, il s’enfuit de nouveau.

En février 1950, Mobutu est convoqué au commissariat de police de Coquilhatville, arrêté et conduit au camp militaire. On l’affecte au peloton spécial du bataillon, réservé aux recrues instruites, comme comptable adjoint. Lors de sa première permission, il tente de se faire déclarer inapte au service par un féticheur. En vain. Commence alors ce qu’il jugea plus tard avoir été "la période la plus heureuse". En décembre 1950, il intègre l’École centrale de Luluabourg, où l’on forme les sous-officiers noirs. Et tout partira de là.

Ce sera à cette "Mama Yemo" que, toute sa vie, le futur maréchal-Président vouera un culte sans égal et qui repose, depuis, au cimetière de Gemena (ancienne province de l'Equateur). Il en donnera le nom, plus tard, au grand hôpital de Kinshasa, la capitale.

Véracité des Faits

Nous accordons une très grande importance à la véracité et à l'exactitude des faits. C'est pourquoi nous et nos contributeurs investissons des moyens humains et du temps dans la selection et la validation des contenus. Mais au cas où dans un article, vous rencontrez un problème, une erreur, des améliorations à faire, vos observations, corrections, et critiques sont les bienvenues. Merci de nous contacter.

Benjamin Babunga Watuna © : Benjamin Babunga Watuna - Mai 2022

Plus des souvenirs