• Colonel Mamadou Ndala
    Colonel Mamadou Ndala (Photo : 7sur7.cd)
  • Nom

    Mamadou Moustafa Ndala

  • ALIAS

    Colonel Mamadou Ndala

  • LIEU DE NAISSANCE

    Ibambi

  • DATE DE NAISSANCE

    ven. 8/12/1978

  • DATE DE DECES

    jeu. 2/1/2014

  • METIER / PROFESSION / TITRE

    Officier Militaire

  • NATIONALITE

    Congolaise

Mamadou Moustafa Ndala alias Colonel Mamadou Ndala

1978 - 2014
sam. 6/11/2021       dim. 20/8/2023       8 minutes et 54 secondes       7.363k Vues

Mamadou Mustafa Ndala, dit Colonel Mamdou Ndala, né le 8 décembre 1978 à Ibambi, territoire de Wamba, dans la province Orientale, et décédé le 2 janvier 2014 au front, était un colonel des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Héros de la guerre contre le M23

Soldat bien entraîné par des instructeurs belges, angolais, américains et chinois, il est le commandant du 42e bataillon commando des unités de réaction rapide des FARDC. Il devient célèbre pour ses victoires écrasantes sur les combattants du M23, un mouvement rebelle qui sévissait à l'est de la République démocratique du Congo.

Selon le gouvernement congolais, il est mort dans une jeep avec deux gardes du corps le 2 janvier 2014, après une embuscade tendue par des rebelles ougandais des ADF Nalu, à 10 kilomètres de Beni au Nord-Kivu. Il était marié et père de trois enfants 4. Il est enterré au camp Kokoro à Kinshasa et nommé général de brigade à titre posthume. 

 

Enfance

Mamadou Ndala est né dans la province Orientale (anciennement Haut Zaïre) d’une famille musulmane, religion qu’il pratiquera jusqu'à sa mort. Il fait ses études primaires à Ibambi, et ses études secondaires à l'Institut Aiglon à Isiro, puis au complexe scolaire « Petits Anges ».

Passionné du foot et excellent jouer, il a évolué au sein d'African Sports, une équipe locale de football, qui s'est disloquée il y a quelques années.

 

Carrière militaire et exploits

Mamadou Ndala rejoint l'armée le 6 juin 1997. Quatorze ans plus tard, le 7 janvier 2011, il est promu au grade de colonel et prend le commandement du 42e bataillon commando des Unités de Réaction Rapide des FARDC.

Apres avoir mené, en juillet et août 2013, des offensives victorieuses contre les combattants du M23 qui assiégeaient la ville de Goma, il se fait immédiatement remarquer par la population de Goma, lassée par l'inertie des casques bleus de l’ONU et les moqueries des officiers de l’armée Rwandaise contre l’armée congolaise. 

Et pour cause, l'armée congolaise avait habitué la population à des débandades ahurissantes, comme en novembre 2012 lorsque le M23 s'était emparé de la ville de Goma abandonnée par les forces armées congolaises. Trois mois plus tôt, le général rwandais James Kabarebe affirmait dans une interview avec journaliste belge Colette Braeckman, que l'armée congolaise n'était même pas capable de tuer un rat.

Les victoires des hommes de Ndala sont d’abord prises avec réserve par la population. Elle était pratiquement frappée par un mélange de ressentiment et d'humiliation, et surpris de voir comment les soldats s’imposaient sur le champ de bataille et présentant même les cadavres des soldats ennemis, réputés invincibles. Les combats  sont rudes et le M23 enregistre de lourdes pertes.

Dans le même temps, le colonel Mamadu Dara doit intervenir auprès de la population en colère contre la MONUSCO, suite à un ultimatum qu’elle avait le M23, suivi du rétropédalage. Les qui cailloutait le convoi de la MONUSCO n'a pu se calmer que lorsque le colonel NDala est intervenu auprès des habitants pour apaiser la situation et éviter ainsi tout reteounrment de la situation.

 

La population s’insurge contre une rumeur de son rappel à Kinshasa

A la mi-juillet 2013, en raison de rumeurs concernant le rappel du colonel Mamadu Dara à Kinshasa, des violentes manifestations à Goma contre la Monusco et aussi contre le Président Joseph Kabila, que la population accuse de vouloir paralyser l'action de l'armée et du colonel. 

La réaction des habitants est nourri d’une opinion couramment répandu en RDC : les officiers qui se distinguent au combat et qui gagnent des batailles sont souvent rappelés à Kinshasa puis neutralisés, comme s'il y avait une volonté politique visant à faire durer le conflit entre le Congo et le Rwanda. La population de Goma craignait que le célèbre colonel soit sur le point de subir le même sort que le général Mbuza Mabe.

En effet, cet ancien officier de carrière des forces armées congolaises surnommé l'homme de Bukavu, s’est rendu célèbre pour avoir sauvé la ville de Bukavu en 2004, contre troupes commandées par le général Laurent Nkunda et le colonel Jules Mutebutsi qui assiégeait la ville. Après ses exploits à Bukavu, le général Félix Mbuza Mabe fut rappelé par Kinshasa et envoyé sur la base de Kitona. Il mourut en 2009 à Johannesbourg des suites d'une longue maladie, probablement due à un empoisonnement. 

 

Le tournant

La guerre va connaître un tournant décisif fin août 2013, lorsque des obus de M23 sont lancés sur la ville de Goma. Les FARDC, appuyée par la brigade d'intervention de la Monusco, lancent une offensive musclée qui va conduira les troupes de Mamadu Ndala à son plus grand effort armé, la reconquete « trois antennes » dans le secteur de Kibati. La bataille de Kibati cause de lourdes pertes au M23, qui abandonne derrière lui une grande quantité de munitions.

Après Kibumba, Kiwanja et Rutshuru-centre, l'armée congolaise s'empare de la base de Rumangabo le 28 octobre 2013. 

Les victoires des FARDC s'enchaînent jusqu'à la reprise de Bunagana, le 30 octobre 2013. Le colonel Mamadou Ndala rentre triomphalement dans la ville. Dans la foulée, Martin Kobler, le patron de la MONUSCO annonce la fin du M23 (Mouvement du 23-Mars) en tant que force militaire.

Les victoires des FARDC se poursuivront jusqu'au 30 octobre 2013, date de la réprise de Bunagana. Le colonel Mamadu Ndala rentre triophalement dans la ville ; et Martin Kobler, chef de la MONUSCO, annonce la fin du M23 (Mouvement du 23 mars) en tant que force militaire.

 

Bilan

Les combats entre les FARDC et le Mouvement rebelle M23 auront coûté la vie à plus de 900 combattants selon les autorités congolaises. « Depuis le 20 mai et jusqu'au 5 novembre, les FARDC ont eu 201 morts et 680 blessés. Du côté du M23, il y a eu 721 morts et 543 capturés, dont 72 Rwandais et 28 Ougandais », a déclaré le général Jean-Lucien Bahuma, commandant de la 8e région militaire, qui comprend la province du Nord-Kivu, théâtre des combats. Trois casques bleus de la mission de l'ONU ont également été tués.

 

La dernière mission

Conformément à la résolution 2098 (2013) du Conseil de sécurité de l'ONU, les opérations de neutralisation de tous les groupes armés doivent se poursuivre. 

Ainsi, le colonel Mamadu Ndala est envoyé au nord du Nord Kivu, sur le territoire de Beni, où un groupe armé violent, ADF-Nalu, et connu pour plusieurs exactions, dont des enlèvements de civils (plus de 600 en trois ans)) et des massacres, règne en maitre. Le colonel Ndala s’engage devant les habitants de traquer ces anarchistes même sous l'eau.

Les troupes de l'armée congolaise, sous son commandement, avait sécurisé le secteur et repris la cité de Kamango qui était tombée, le 25 décembre 2013, entre les mains des combattants venus d'Ouganda. Il s'apprêtait ainsi à lancer une offensive générale pour liquider les ADF-Nalu. Les unités de l'armée étaient rangées en ordre de bataille.

Tard dans la matinée du 2 janvier 2014, le colonel Mamadu Ndala et son escorte quittent l'hôtel Albertine de Beni-Boikene pour Eringetti (54 km de Beni) dans une jeep munie d'une mitrailleuse lourde. Le convoi tombe dans une embuscade près du village de Ngadi (à environ 10 km de Beni). Un missile RPG7 frappe l'avant du 4x4 transportant le colonel Mamadu Dara et trois de ses gardes du corps, dont une femme soldat (nommée Edith). Aucune personne à bord ne survit.

 

Enquête, Procès et verdict

L’enquête initiée écarte rapidement la possibilité d'une embuscade tendue par les rebelles ougandais ADF-Nalu, pour s’orientér sur la piste d’un règlement de comptes internes à l’armée. Un des gardes du corps du colonel, Paul Safari, rescapé de l'embuscade, décrit les assaillants comme portant des uniformes de l'armée congolaise et parlant kinyarwanda et lingala. C’est ainsu que l’hypothèse de l’assassinat du colonel se dessine et se propage. La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) indique qu'elle était disposée à participer aux enquêtes si les autorités congolaises lui en font la demande.

Les enquêteurs privilégient la piste des soldats issus des rébellions tutsies proche de Kigali et Kampala et qui avaient été intégrés dans les rangs de l'armée nationale. Ils en veulent parmi les preuves, la joie manifesté dans un message envoyé de Kampala par un ancien chef militaire du M23, Sultani Makenga, à un journaliste de Beni : "Eh ça va garçon, Votre colonel qui m’a chassé, croyait qu’il était plus fort que nous. Où est-il aujourd’hui ? Cher ami, vous devez savoir que nous avons des réseaux partout". 

Le lieutenant-colonel Tito Bizuru, ancien cadre du CNDP de Laurent Nkunda, l'ancêtre du M23, ainsi que son garde du corps, ont été arrêtés. Un autre suspect, le général Moundos, proche de Joseph Kabila, a été également interpellé, puis laissé libre et nommé second de l'opération Sokola contre les ADF-Nalu.

Le procès des accusés du meurtre du colonel Mamadou Ndala s’ouvre près de neuf mois jour pour jour la cour opérationnelle militaire du Nord-Kivu. Vingt personnes au total sont jugées depuis le mercredi 1 octobre par la cour, qui s’était déplacée à Beni pour l’occasion. 

La cour opérationnelle militaire du Nord-Kivu est arrivée à la conclusion que la mort de Ndala avait été planifiée par des militaires congolais et exécutée par des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF-Nalu), installés en RDC depuis 1995. Lundi 17 novembre, le lieutenant-colonel congolais Birocho Nzanzu et quatre rebelles ougandais sont condamnés à mort pour l'assassinat du colonel Mamadou Ndala. Nzanzu est accusé d’avoir servi d’intermédiaire entre l’armée congolaise et les rebelles ougandais. 

 

Symbole

Le colonel Mamadu Dara est perçu et présenté comme une vrai patriote congolais, un héros à l’instar de Patrice Emery Lumumba. 

Véracité des Faits

Nous accordons une très grande importance à la véracité et à l'exactitude des faits. C'est pourquoi nous et nos contributeurs investissons des moyens humains et du temps dans la selection et la validation des contenus. Mais au cas où dans un article, vous rencontrez un problème, une erreur, des améliorations à faire, vos observations, corrections, et critiques sont les bienvenues. Merci de nous contacter.

Sources et références
  • Mamadou Ndala, wikipedia.org, dernière mise à jour 5 janvier 2021, consulté le 5 novembre 2021. URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mamadou_Ndala 
  • RDC : qui est responsable de la mort de Mamadou Ndala ? Jeune Afrique. Publié le 7 octbre 2014, consulté le le 5 novembre 2021. URL : https://www.jeuneafrique.com/43181/politique/rdc-qui-est-responsable-de-la-mort-de-mamadou-ndala/ 
  • RDC: La VSV exige la vérité sur la mort du chauffeur du colonel Mamadou Ndala. voaafrique.com. Publié le 7 octobre 2014, consulté le 5 Novembre 2021. URL : https://www.voaafrique.com/a/rdc-la-vsvexige-laverite-sur-la-mort-du-chauffeur-du-colonel-mamadou-ndala/2475549.html
  • Nord-Kivu : cinq condamnations à mort pour le meurtre du colonel congolais Ndala. France 24.com. Publié le 18 novembre 2014, conculté le 6 Novembre 2021. URL : https://www.france24.com/fr/20141118-rdc-congo-nord-kivu-mort-colonel-mamadou-ndala-beni-rebelles-adf-nalu-ouganda-fardc
Alpha Memidra Egbango Homère Mokinda © : personnages.cd - Novembre 2021

Autres Personnages de catégorie similaire